dimanche 4 décembre 2016

Am stram gram

J'ai voulu lire ce livre dès sa sortie, pourtant il aura fallu attendre la version poche pour qu'enfin je me penche sur son cas. Et je dois dire qu'à part certains détails, j'ai passé un très bon moment...

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message: "Vous devez tuer pour vivre." Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale.
Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.
Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne, pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.
Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

J'ai vu passer beaucoup d'avis sur ce thriller, certains ont adoré, d'autres détesté, bref ce qui est sûr c'est que ce livre ne laisse pas indifférent.
Imaginez: vous vous retrouvez enfermé dans un espace clos, sans issue possible, avec une personne dont vous êtes proche. Entre vous, un pistolet avec une seule balle. Pour sortir, rien de plus simple: tuer l'autre. Et alors que les jours passent, cette unique solution à l'impasse face à laquelle vous vous trouvez devient de plus en plus tentante...

Pour ma part, j'ai trouvé ce thriller très malin. L'auteur nous balade d'un côté, de l'autre, et même si certains personnages sont vraiment stéréotypés et le coupable vraiment givré, j'ai tout de même passé un très bon moment. Ce livre se lit tout seul, le suspens va croissant et jusqu'au bout on se demande comment tout ça va bien pouvoir se finir.

Pour ma part, j'ai échafaudé tout un tas d'hypothèses, qui au final se sont avérées fausses. Certes, on comprend au fur et à mesure de notre lecture que le kidnappeur a un lien avec Helen Grace, commandant en charge de l'enquête, mais quel peut bien être ce lien? Pourquoi semble-t-il lui en vouloir autant? 
Helen Grace, justement, ne m'a pas forcément plu au début. Elle est froide, détachée, tout à fait le type de femme qui agit de façon mécanique pour prouver qu'elle mérite sa place dans ce monde d'hommes. Helen se cache derrière une carapace pour cacher ses blessures, mais une fois encore j'ai trouvé que c'était vu et revu, c'est un peu dommage!

De même, j'ai trouvé dommage que le cô huis clos ne soit pas plus exploité. Nous suivons notre premier couple à avoir été enlevé durant leur séquestration jusqu'au dénouement tragique. Ensuite, d'autres couples sont également enlevés, mais chaque fois c'est juste survolé. On les voit arriver avant de les retrouver quand l'un d'eux réussit à sortir, mais entre deux rien, nada. C'est également assez répétitif, l'auteur n'inclut pas de nouveautés, se contentant de répéter le même schéma: dommage!
Et du coup j'avoue que ça m'a manqué, non pas que je sois du genre voyeuse ou que ce spectacle aurait pu me plaire, mais quand on décide de baser son récit sur ce genre de tête à tête, bah il faut en donner un peu au lecteur!

De ce fait, j'ai également trouvé la chronologie un peu brouillonne. Un couple disparaît, il reste introuvable pendant plusieurs semaines, mais bizarrement je n'avais pas l'impression que le temps filait aussi vite. J'ai du mal à expliquer cette sensation bizarre, je ne sais pas comment vous dire... Les gens disparaissent, les enquêteurs cherchent dans les endroits clos et désaffectés qui pourraient correspondre en les comparant aux anciens lieux de détention des autres victimes mais ne trouvent rien, et le temps passe, mais j'ai eu du mal à ressentir ce sentiment d'urgence, c'était assez étrange.

Mention spéciale par contre pour le travail sur la psychologie des survivants: c'est très bien fait, et j'ai compris ce sentiment terrible qui les envahit: le soulagement d'être encore en vie, mêlé à la culpabilité d'avoir tué/laissé mourir l'autre. Ce sont des survivants, mais à quel prix... Ces vies brisées et  toutes leurs implications sont très bien retranscrites et j'avoue que pour rien au monde je ne voudrais être à leur place!

A part donc les petits détails mentionnés plus haut et une fin un peu trop expéditive à mon goût (et qui pour moi appelle clairement une suite), j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre. L'identité du coupable a été une bonne surprise, j'ai aimé le style haletant et sans temps morts. On sent néanmoins que ça reste un premier roman et qu'il y a encore des choses à creuser afin que les suivants soient encore meilleurs, ce dont je ne doute pas. Un jeune talent très prometteur et à suivre, donc!

lecture agréable

Logo Livraddict


le premier livre d'un auteur

8 commentaires:

  1. Oui, moi, j'en voulais plus ! :)
    Et sinon, il y a une suite. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Il court, il court le furet ;) j'attends la sortie poche pour voir ce que ça donne ^^

      Supprimer
  2. En tout cas, le résumé est très intriguant! Dommage pour la fin expéditive, mais je tenterais bien un de ces jours :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre qu'il pourrait te plaire :)

      Supprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL : même si ce n'est pas un thiller exceptionnel, j'espère qu'il me plaira, quand je l'y sortirais :)

    RépondreSupprimer
  4. Il me tente énormément, celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *voix de la tentation*: laisse-toi tenter! ;)

      Supprimer