samedi 24 juin 2017

Justice soit-elle

J'ai vu passer ce livre chez une copinaute et j'avoue avoir été intriguée par sa couverture et surtout par son titre. Du coup, sachant qu'il était disponible sur NetGalley, j'ai été tenter ma chance afin de pouvoir le découvrir à mon tour. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai été franchement déroutée par son style...

Machos et salauds... Dix-sept meurtres de femmes non élucidés. Bienvenue en Bourgogne. Affaires classées ou non-lieu, la justice a depuis longtemps baissé les bras. Qui étaient toutes ces filles dont les cadavres ont été disséminés dans la région? Des filles faciles, qui n’ont eu que ce qu’elles méritaient? C’est ce que certains laissent entendre… 
Laurine, elle, voudrait simplement savoir qui a assassiné sa mère. Quand un nouveau meurtre est découvert, c’est, pour cette gamine déterminée, l’occasion de mettre un coup de pied dans la fourmilière. Gendarmes, médias, familles, juges, tout le monde en prend pour son grade. 
Au milieu de ce déchainement de violence qui confond victimes et coupables, l'avocate Déborah Lange, spécialiste des "cold cases", se bat pour faire éclater la vérité. Inspiré de faits réels, Justice soit-elle est un cri de colère d’une auteure engagée contre les violences faites aux femmes et le mépris d’une justice à deux vitesses.

Je tiens une fois encore à remercier le réseau francophone NetGalley et la collection Sang Neuf des Editions Plon pour m'avoir permis de lire ce livre.
J'avoue que je ne savais pas trop quoi penser de ce livre une fois terminé. C'est en effet assez difficile de mettre en mots ce que j'ai pu ressentir face à cette lecture, déjà car ce n'est pas vraiment mon style habituel, puis de savoir que cette histoire est inspirée de faits réels m'a encore plus fait froid dans le dos. Je  continue à penser que tous les malades sont loin d'être enfermés, et franchement ce que j'ai pu lire fait peur.

Dix-sept jeunes femmes ont disparu en vingt-six ans, pour la plupart des adolescentes. Sur tous ces cas, seuls quatre ont pu être élucidés. 
Il faut savoir que l'auteure s'est inspirée du travail de Corinne Hermann pour son personnage de l'avocate Déborah Lange, mandatée par un cabinet afin d'enquêter sur ces dossiers et si possible de les faire rouvrir. En effet, si des points communs entre ces morts venaient à être découverts, la prescription pourrait être levée.

En parallèle, nous suivons Laurine, une gamine d'une dizaine d'années qui est loin d'avoir sa langue dans sa poche. Ce qu'elle aimerait, c'est savoir qui a tué sa mère. Manque de chance, alors qu'elle est sortie en douce de nuit, elle tombe sur un dix-huitième cadavre, celui de la jeune Perrine.
Laurine va tenter de profiter de cette "opportunité" et de la présence de l'avocate pour tenter de savoir qui est l'assassin de sa mère.
Tandis que la police enquête de son côté, Déborah tente de faire parler les familles des autres victimes, chose malaisée s'il en est: en effet, rouvrir ces plaies qui ne se sont jamais vraiment refermées est une nouvelle souffrance pour ces gens, qui souhaitent désormais avoir le droit de faire le deuil de leur enfant.

A force d'acharnement, Déborah va peu à peu faire la lumière sur une bonne partie de cette affaire, et pourtant ça n'était pas gagné au départ. Certaines familles veulent avoir droit à l'oubli, d'autres ont fini par baisser les bras et on ne peut pas les blâmer: ils se sont sentis rejetés et laissés de côté par la police, et n'ont pas été mis au courant des avancées des enquêtes. Pour ma part, je peux comprendre qu'aujourd'hui ils n'aient pas envie de revivre tout ça.

Des similitudes ne vont pas tarder à apparaître, comme par exemple le fait que certaines jeunes filles avaient les mains liées dans le dos alors que d'autres ont été retrouvées près de plans d'eau. Autant d'indices qui n'ont pas été exploités alors qu'ils auraient pu fournir de nouveaux éléments à l'époque.
Et là, on s'aperçoit avec effarement que la police a volontairement (ou non) écarté certaines hypothèses, que des preuves ont été perdues, que certains suspects n'ont jamais été incriminés, ou encore que la thèse d'un tueur en série a tout bonnement été jugée inconcevable.

Au début, j'ai vraiment eu l'impression d'assister à une émission de cold case, mais version livre, surtout lorsque l'on énumère la liste des dix-sept jeunes filles et les circonstances de leur mort. 
Le style, que j'ai trouvé un peu froid et impersonnel, m'a du coup quelque peu déroutée. Ensuite, quand Déborah commence ses démarches, j'ai plus retrouvé le style enquête policière, comme si je lisais un thriller parmi d'autres. 
C'est assez journalistique par moments, très factuel et réaliste, parfois détaché, mais toujours dans le fond on sent bien la volonté de l'auteure de rendre leur dignité à ces femmes.

Bref, personnellement j'ai été déstabilisée par ce style que l'on rencontre peu, mais peut-être que mon interprétation est faussée, et que vous l'avez ressenti autrement si vous l'avez lu (et si c'est le cas n'hésitez pas à venir m'en parler, je serai heureuse d'avoir votre avis sur le sujet).

Lorsque la réalité a commencé à pointer le bout de son nez, j'ai été effarée de constater les ramifications de cette affaire et surtout le laxisme qui a pu avoir lieu à l'époque des faits. C'est juste... sordide. Voilà, je ne pense pas qu'il y ait d'autre mot pour décrire tout cela. 

Honnêtement, lisez ce livre. Non pas par voyeurisme ou par curiosité mal placée, mais pour rendre enfin justice (un peu tardive hélas) à ces femmes et à leur famille, pour que leur mort ne soit pas classée sans suite, pour qu'enfin on sache ce qui leur est arrivé et que les parents puissent enfin trouver une paix relative.


lecture agréable (enfin, vous voyez ce que je veux dire ^^')

Logo Livraddict


vendredi 23 juin 2017

Val-Jalbert, tome 2 - Le rossignol de Val-Jalbert

Ce deuxième tome, c'était un peu celui de la dernière chance. J'ai bien aimé le tome 1, même si des détails avaient fini par m'agacer et par un peu me gâcher le plaisir de ma lecture. J'espérais donc vraiment que ces petits défauts seraient gommés dans ce tome 2, et s'il est vrai que les choses se sont un peu améliorées hélas ça n'a pas été suffisant.

Noël 1932, près du lac Saint-Jean, au cœur de la forêt québécoise. Hermine coule des jours heureux avec Toshan, son mari métis, et Mukki, leur bébé de deux mois. Élevée comme une orpheline par des religieuses, celle que les habitants de Val-Jalbert surnomment le "rossignol des neiges", en raison de sa voix exceptionnelle, a renoncé à sa passion pour le chant. Elle s'est résolue à devenir une épouse et une mère de famille fidèle aux traditions québécoises. Mais peut-on empêcher un rossignol de chanter? En cédant à l'appel de sa vocation, Hermine va réveiller les fantômes du passé...

Ce tome démarre directement après les évènements du tome 1. Hermine a épousé Toshan, son grand amour, et est devenue maman du petit Mukki. Elle est bien décidée à renoncer au chant et à devenir une parfaite petite épouse canadienne qui reste au foyer à élever ses enfants, qu'elle aura au rythme d'un par an (vous l'aurez compris au ton que j'ai pris, ce n'est pas du tout le genre de vie idéale à mes yeux ^^').

Au fond, le problème n'est pas tant le choix d'Hermine de renoncer à chanter, mais plutôt son incapacité à s'y tenir. Toshan, son mari, refuse qu'elle puisse faire carrière, ne voyant en elle qu'une bonne petite épouse. Il est hors de question qu'elle s'expose, et en fait je crois que ce qu'il ne veut surtout pas, c'est que d'autres hommes puissent la voir. Il suffit de voir la scène de la course de traîneau pour comprendre qu'il est jaloux et qu'il veille sur Hermine comme un avare veille sur un bijou précieux.

Au début, c'est mignon, à force c'est étouffant. Hermine se retrouve tiraillée entre sa passion et l'envie de faire plaisir à son mari, et elle pourrait très bien concilier les deux s'il n'arrêtait pas de lui dire que sa place est auprès de ses enfants. Seulement voilà, est-il possible de garder un rossignol enfermé dans une cage, aussi dorée soit-elle? 

Ce tiraillement que vit Hermine est au centre de ce livre, ce qui ne poserait pas problème si l'auteure n'étirait pas ce problème sur plus de 800 pages. Ca traîne en longueur, Hermine ressasse toujours les mêmes questions, et au final nous en revenons toujours au même point: quel sera son choix? Rendez-vous au troisième tome pour le savoir!

Il y a encore beaucoup de guimauve dans ce livre, et très honnêtement je ne me vois pas encore continuer comme ça pendant encore quatre tomes. 

Point positif, Laura, la mère d'Hermine, semble s'être un peu calmée sur les "mon enfant chérie". Hélas, niveau caractère, elle est toujours aussi jalouse et capricieuse, on dirait une enfant gâtée qui fait une crise quand elle n'a pas ce qu'elle veut. 
Donc, quand Hermine décide de ne plus chanter pour ne pas se fâcher avec son mari (mais aussi parce que sa mère lui met la pression), Laura boude. Une phrase mémorable illustre parfaitement la situation (je cite de mémoire ^^'): "faut-il donc que je sois poitrinaire et mourante moi aussi pour avoir la chance de t'entendre chanter?"

Laura projette ses désirs sur sa fille, on va de disputes en réconciliations, Hermine se reproche de ne pas être la gentille fille que Laura est en droit d'espérer, Laura se reproche de ne pas avoir été là quand Hermine était petite fille, Toshan est trop fier et ne veut pas vivre aux crochets de sa famille, bref j'ai trouvé ça gnan gnan au possible.
Ajoutez à cela des rebondissements quelque peu tirés par les cheveux, et vous aurez là toutes les raisons qui font que je ne compte pas continuer cette saga.

Alors oui les résumés des prochains tomes donnent envie, Hermine semble (enfin!) décidée à prendre son destin en main, mais pour ma part c'est trop tard. J'espérais beaucoup de ce second tome, et malgré une écriture agréable qui permet de tourner les pages sans que l'on s'en rende compte, il y a pour moi trop de défauts qui ont épuisé ma patience.
Vous l'aurez compris, la suite ce sera définitivement sans moi!

lecture décevante

Logo Livraddict


jeudi 22 juin 2017

Throwback Thursday Livresque #22

Print


Il s'agit d'un nouveau rendez-vous qui a lieu sur le blog de BettieRose Books. Il s’agit de parler d’une lecture plus ancienne sur un thème en particulier.


Cette semaine, le thème est: un livre à lire en été ou qui se déroule en été.


Pas si simple que ça ce thème! Au final je lis assez peu de chick lit (pour moi ce type de lectures est synonyme de plage, de vacances et d'été) et je ne regarde pas forcément les saisons pour moduler ma PAL (sauf en hiver! ^^), puis je me suis souvenu de ce livre très agréable...


Je vous présente donc:

Clic pour accéder à la chronique!

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari: gâteaux, invités, décoration de l’appartement... Tout, y compris une surprise: à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris "un aller simple pour ailleurs". Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde…

Premier roman d'une blogueuse dont j'aime beaucoup l'humour, c'est un livre frais et parfait pour l'été, à consommer sans modération: entre fous rires et larmes, un roman feel good sur l'amour et l'amitié qui prouve qu'il n'est jamais trop tard pour prendre un nouveau départ.

samedi 17 juin 2017

Souviens-toi Rose...

J'ai choisi ce livre un peu par hasard lors d'une masse critique, attirée par la couverture (sublime) et le résumé, qui promettait une histoire de souvenirs oubliés et de traumatismes...

A huit ans, Rose a dû laisser la France derrière elle pour suivre son oncle à New-York, après le décès accidentel de ses parents. Mais à 26 ans, alors qu’elle
n’a plus aucun souvenir de son enfance, son passé ressurgit brutalement lorsqu’elle hérite de la demeure familiale. Tandis qu’elle prend possession de la maison, Rose va peu à peu découvrir que son oncle lui a menti sur les raisons de son départ précipité. Et si elle n’avait pas été enlevée à son environnement par hasard? Alex, son ami d’enfance - qui ne la laisse pas indifférente - pourra-t-il l’aider à découvrir la vérité? Quel dangereux secret Rose a-t-elle enfoui au plus profond de sa mémoire et qui peuple ses nuits de cauchemars? Et cette maison qui la met si mal à l’aise: est-elle hantée comme les âmes bien pensantes de la ville semblent le penser? Le meurtre d’un homme dans sa maison ne laisse plus le choix à Rose. Elle doit découvrir la vérité. Et se souvenir… quitte à sombrer dans la folie…

Je viens de tourner la dernière page de ce livre et je suis pour le moins mitigée: certes, ça se lit vite et bien, mais je n'ai pu m'empêcher de lever régulièrement les yeux au ciel.
Nous suivons donc Rose, qui a été élevée par son oncle à New York après la mort de ses parents. Elle a très peu de souvenirs de son enfance en France et souffre d'une sorte d'amnésie. Cependant, elle est obligée de revenir sur les lieux de son enfance à la mort de sa grand-mère, qui contre toute attente lui a légué la maison familiale. Peu à peu, Rose s'aperçoit que l'atmosphère lugubre de la maison, que l'on dit hantée, semble réveiller ses souvenirs et que ceux-ci sont loin d'être agréables...

En débutant ce livre, je pensais juste avoir affaire à une jeune femme ayant décidé de refouler le souvenir d'une scène atroce dans sa mémoire et qui voit son passé resurgir en retournant sur les lieux hantés et maudits de son enfance. Là-dessus, pas de souci, j'ai eu ce que je venais chercher.En effet, en plus de déterrer ses souvenirs, Rose va également mettre au jour une malédiction familiale pesant sur sa famille et sur celle de son ami d'enfance Alex. Les amateurs de fantômes et de chasse aux esprits devraient donc être servis avec ce roman, pour ma part c'est cet aspect que j'ai le plus aimé.

Je pense cependant que si je m'étais attardée sur l'étiquette "romance fantastique" attribuée à ce livre sur LivrAddict, je me serais davantage méfiée.
Dès que Rose croise le regard du notaire en charge de sa succession, elle tombe sous son charme. Comme par hasard, c'est la première fois que cela lui arrive, elle qui est normalement plutôt réservée dès qu'il s'agit des choses de l'amour. Evidemment, le notaire en question n'est autre qu'Alex, son ami d'enfance qu'elle avait oublié, mais dont elle se rappelle dès qu'il lui dit son nom. Et bien sûr, il n'est pas non plus indifférent au charme de notre demoiselle.

Déjà là, j'avoue, ça partait mal. Rose ensuite se décrit via son miroir et ça, ça m'a exaspérée. Pour comprendre ce que je veux dire, je vous laisser aller voir la vidéo de Lemon June qui explique super bien la chose ^^ 
Tout ça pour vous dire que moi aussi ce lieu commun m'énerve, surtout quand en plus on ajoute qu'en fait la fille se dévalorise, s'habille comme un sac pour passer inaperçue et ne se trouve pas très jolie alors que tous les mecs se retournent sur son passage et que, surtout, celui sur qui elle a craqué lui assure qu'elle est magnifique et que c'est dommage qu'elle ne s'en rende pas compte.

Bref, vous l'aurez compris, ce roman déviait vers la romance et je sentais bien que celle-ci allait prendre le pas sur le reste de l'histoire. Ajoutez à cela le regard magnétique d'Alex, une Rose qui se transforme en flaque quand il la regarde/la frôle suivi d'un feu d'artifice dans la culotte quand il ose l'embrasser et vous aurez le cocktail de ce que je ne peux pas supporter et que l'on retrouve malheureusement de plus en plus dans les livres actuels. 
Je vous ferai l'impasse sur le triangle amoureux et la nymphomanie des femmes de la famille de Rose et terminerai sur une petite pointe positive: heureusement pour moi, il n'y a que deux scènes de sexe dans ce livre. 
Alors oui, il y a bien quelques allusions de-ci de-là, notre héroïne se dit qu'elle devrait se méfier, qu'elle tombe amoureuse un peu vite, avant de voir ses scrupules balayés dès qu'Alex lui sourit, mais finalement ça aurait pu être bien pire.

Heureusement, pour sauver tout cela de la catastrophe, il reste le fantastique. On comprend dès le début que l'amnésie de Rose va se réveiller dans la maison et qu'elle a dû y vivre un évènement traumatisant. C'est vraiment la partie du livre que j'ai préféré, la voir se démener pour essayer de comprendre la vérité était de loin l'aspect le plus plaisant du livre.
Du coup, dommage que l'auteure tire autant cette histoire en longueur! Il y a pas mal de répétitions, Rose se pose sans cesse les mêmes questions, et le fait d'indiquer en italique que "c'est le moment d'avoir peur!" n'était pas forcément judicieux.

Il n'en reste pas moins que cette histoire est bien tordue comme je les aime, même si les explications étaient parfois un peu tarabiscotées et confuses. La malédiction familiale est bien transcrite et crédible, même si la scène de la révélation du pourquoi du comment l'était beaucoup moins.
On ressent bien la jalousie des personnages les uns envers les autres, l'animosité entre la famille de Rose et celle d'Alex, la folie de certains autres, dommage que tout cela ait été au fond si mal exploité!
Je suis sûre que cette intrigue aurait pu être beaucoup mieux construite, il y a des effets inutiles et qui tombent à plat, c'est vraiment dommage car il y a vraiment du potentiel.

Cerise sur le gâteau, de très nombreuses coquilles parsèment ce récit. Pour une ou deux, j'aurais pu passer mon chemin, mais quasiment à toutes les pages, ça devient lassant.
Reste que ce bouquin se lit vite et bien, et si vous faites abstraction de tous les défauts listés ci-dessus ça reste une honnête histoire de fantômes et de malédiction familiale.
J'ai vraiment l'impression de n'avoir parlé que des côtés négatifs, mais je pense que les lecteurs et lectrices habitués à lire ce genre de romances fantastiques devraient y trouver leur compte.
Pour ma part, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais fort heureusement il en faut (et il y en a) pour tous les goûts, sinon le monde serait bien fade! Je ne doute pas que ce roman saura trouver son public, je lui ai d'ailleurs vu de très bonnes notes que ce soit sur Babelio ou sur LA. 
Personnellement je suis passée un peu à côté, je n'ai pas fait le bon choix sur ce coup, tant pis pour moi! ^^

lecture sympa, sans plus...

Logo Livraddict


Encore merci à Babelio et à leur Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre!

vendredi 16 juin 2017

Challenge Des pavés sur la plage 2017


Cette année encore j'ai bien envie de bouffer du pavé à la plage ou au bord de la piscine, du coup c'est avec grand plaisir que je participe pour la troisième fois au challenge Des pavés sur la plage!


Est considéré comme un pavé:
* Un livre format "broché" de plus ou égal à 350 pages.
* Un livre format "poche" de plus ou égal à 500 pages.
* Un ebook de plus ou égal à 300 pages.

* Les formats "semi-poche" sont considérés comme des "brochés".
* Les pavés peuvent compter pour d'autres challenges.
* C'est ici qu'il faudra venir annoncer les pavés lus. Titepomme se réserve le droit (bien naturel) de vérifier sur les sites des maisons d'édition et autres le nombre de pages afin qu'il n'y ait pas de tricherie possible.
* Le challenge court du 21 juin au 212 septembre minuit.


Vous le savez, les pavés et moi c'est une grande histoire d'amour, j'en lis souvent et ce genre de challenges m'aide à en sortir plus régulièrement.
Je ne fais pas de photo cette année, je lis de plus en plus en numérique et du coup bah faire une photo de ma tablette n'a pas vraiment de sens pour moi ^^'
De plus, certains ont déjà été photographiés pour l'article du challenge de l'été, et pour savoir ce que je compte lire il vous suffit d'aller faire un tour sur la liste dédiée sur LivrAddict!

Bien évidemment, je compte coupler ce challenge avec d'autres que j'ai en cours, comme le challenge de l'été, Les dames en noir ou encore le challenge des pavés de Gribouille, histoire de multiplier mes chances :)


A vos marques... Prêts?... Pavés!


Vous pourrez retrouver l'avancée de ce challenge dans l'onglet Challenges 2017 ^^

Challenge de l'été 2017

L'été approche, je meurs déjà de chaud et une fois encore j'ai eu envie d'un challenge chouchou afin de me motiver à vider un peu ma PAL, qui atteint des profondeurs abyssales. Pour la troisième fois, je me suis inscrite ici sur le topic de Livraddict au challenge créé par Saefiel pour la quatrième année d'affilée: le challenge de l'été, édition 2017! 



Règlement de ce challenge:
* Le challenge commence officiellement le 21 Juin et se termine le 21 septembre (jour de l’automne).
* Chacun fait une liste des livres qu'il veut lire cet été sans limite de nombre.
* Vous pouvez modifier votre liste à loisir durant la période du challenge, l'agrandir, la rétrécir. Tout est permis !
* Si possible venez partager votre avancement ici ou sur le groupe Facebook dédié, cela permettra un échange sur nos lectures et de partager nos sentiments.
* Le fait d'avoir un blog et/ou de poster des chroniques n'est pas obligatoire. Quiconque est intéressé peut participer.


A l'issue de ce challenge, il sera donc possible de remporter une des trois médailles ci-dessous:
* Trophée des orteils en éventail (10 livres lus).
* Trophée du surfeur livresque (20 livres lus).
* Trophée de la tong en or (30 livres ou plus).  
* Trophée de la sirène de diamant (40 livres ou plus).  
* Trophée du challenger des sables (3 challenges de remplis ou plus). 

Petite nouveauté cette année, Saefiel nous propose une liste de challenges à relever afin de gagner un trophée supplémentaire. Ils ne sont pas obligatoires, mais voici la liste:
* Lire un livre de plus de 1000 pages -> L'intégrale 3 du Trône de fer.
* Lire une antiquité de la PAL (dans la PAL depuis 1 an ou plus) -> Inferno de Dan Brown.
* Lire un livre dans une langue étrangère -> Heartless de Marissa Meyer.
* Finir une série -> Le puits des mémoires, tome 3 de Gabriel Katz.
* Faire une LC avec un membre du groupe OU participer à la LC géante de l'été sur le livre Au fond de l'eau de Paula Hawkins -> ce sera la LC géante ^^ (mais si quelqu'un souhaite en faire une avec moi ce sera également avec grand plaisir! 😄)


Cette année encore, je tente le trophée de la tong en or. Je m'étais bien lourdée l'année dernière mais je suis du genre têtue, donc je persiste! Je ne travaille pas cette année, je devrais donc réussir à venir à bout de ma petite liste!
Le défi sera une nouvelle fois d'avancer dans mes autres challenges tout en me faisant plaisir grâce à des lectures annexes.
Cet été, je veux donc:

Avancer dans mon challenge ABC polar/thriller. Pour cela, je vais donc lire:
* Duelle, de Barbara Abel
* Tout n'est pas perdu, de Wendy Walker
* Ne pleure pas, de Mary Kubica
* Au fond de l'eau, de Paula Hawkins.
Ce qui devrait me permettre d'ajouter 4 lettres! 

Me faire quelques bons pavés, du genre:
* Le premier tome des Maîtres d'Ecosse, de Robyn Young
* L'intégrale du Paris des Merveilles, de Pierre Pevel
* La 3ème intégrale du Trône de Fer, de George R.R. Martin.  

Avancer dans d'autres challenges, comme le David Gemmell ou Les Dames en noir, avec:
* Le tome 2 de Troie, de David Gemmell.
* Tout pour plaire, de Ingrid Desjours
* Des nœuds d'acier, de Sandrine Collette. 
         
Me faire plaisir avec des lectures piochées au hasard dans ma PAL:
* Miss Dumplin, de Julie Murphy
* La rumeur, de Elin Hilderbrand
* Younger, de Pamela Redmond Satran
* N'oublier jamais, de Michel Bussi.
* Les heures secrètes, de Elisabeth Brami.
* Les Âmes Libres, de Sébastien Delanes. 
* Le tome 2 de La passe-miroir, de Christelle Dabos.


Et encore d'autres, la liste complète est disponible sur LivrAddict! Puis je me connais, je suis bien capable de changer d'avis au dernier moment, cette liste n'est donc pas figée, bien au contraire!

Tadam! (sans les ebooks of course ^^)

J'avoue, cette année aussi je place la barre très haut, mais même si je ne lis que la moitié de cette liste, ce qui a été le cas l'année dernière, je serai déjà super contente!

Et vous, vous y participez à ce challenge de l'été?


Vous pouvez retrouver l'avancée de ce challenge dans l'onglet Challenges 2017!